Après avoir réalisé la pôle position en LMP2, mercredi soir en Q1, Matthieu, qui a rapidement pris ses marques sur le circuit Sarthois, était plutôt confiant pour la suite. 

Jeudi soir, en Q3, il se rate un peu dans les S du Karting. Du coup, l’Oréca N° 28, plonge à la 7e place du LMP2. 

Ayant une grande expérience des 24 heures, c’est Emmanuel Collard qui est désigné pour prendre le départ, samedi à 15 heures. Après un quadruple relais, « Manu »  qui a maintenu le rythme et géré la 14e position, passe le relais à François Pérodo qui le cédera un peu plus tard à Matthieu. 

A la fin de son 2e relais, Matthieu, bien dans le rythme, fait un dépassement critique à l’approche d’une chicane de la ligne droite des Hunaudières, dans lequel il ne peut éviter l’accrochage avec la Ferrari N° 82 de Risi Compétition.  « Je pensais que la Ferrari allait freiner beaucoup plus tôt, du coup je me rabattu très vite afin d’être sur la bonne trajectoire  pour négocier la chicane. Je suis franchement désolé de cet accrochage, et je présente mes excuses les plus sincères à Pierre Kaffer, à Risi Compétition, et à mon équipe pour les 7 minutes de pénalités que nous avons eu » déclare Matthieu. « Sur la suite de ses relais de nuit, Matthieu s’est montré ultra-professionnel, très serein dans sa démarche et offrant au team et aux ingénieurs des  retours d’information très justes et précis, tout en gardant une belle vitesse de pointe. C’est pour lui une belle expérience de l’endurance » enchaine Xavier Combet le Team Manager.

De nuit  « Manu » Collard effectue des quadruples relais qui permettent à l’Oréca N° 28 de pointer en 14e position, avec l’espoir d’arriver dans le Top 6. Malheureusement, un peu avant 6h du matin, alors qu’il est dans son dernier relais, et juste avant de céder le volant à Matthieu, « Manu » part à la faute dans les S du karting (décidément) et tape violement un mur de pneus. Transféré de suite au Centre Médical du circuit, puis à l’Hôpital du Mans pour des examens complémentaires,  « Manu » s’en sort avec plusieurs contusions. « La vraie bonne nouvelle, est qu’il va bien, et que très rapidement il sera de retour parmi nous ». Trop endommagée, l’Oréca N° 28, ne peut être réparée, et doit abandonner.

Du travail en perspective pour toute l’équipe de TDS Racing, que l’on retrouvera le 16 juillet prochain pour les 6 heures du Nürburgring, en WEC (Word Endurance Challenge).

 

Gérard COEFFE

 

 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à vos centres d’intérêts.